© 2018 by Nathalie Bakker-Torrero.

Facebook                     Instagram                     Flickr

DEEP SORROW

-

J'ai perdu mon Papa en avril 2017... ce fut un tel choc émotionnel... durant les mois précédant et suivant son passage dans un "ailleurs", des lieux spécifiques m'ont attiré. Mon hypersensibilité me prédispose à appréhender le monde parfois plus par mes sens que par ma raison (même si je pense....parfois ;-) ), ce qui m'a conduit à “shooter” à travers mes émotions. Ce travail photographique est la révélation d'un concentré de sentiments divers et intenses relatifs à un moment difficile et presque irréel... ce moment où l'on se trouve suspendu entre espoir et dure réalité, féroce énergie et sidération...


Techniquement, j'ai volontairement accentué le vignettage sur certaines photos et les tons noirs afin de traduire l'atmosphère oppressante et tourmentée qui pesait sur moi à ce moment-là. Le blanc s'apparente au manque, au vide, à une sensation de flottement, de vertige, à une incompréhension et un sentiment d'impuissance sur une situation que je ne maîtrise pas. Pas de trépied non plus, ne désirant pas quelque chose de réfléchi mais plutôt d'immédiat, d'instantané. L'eau dans ses différents états est le fil conducteur.


Marguerite Duras a dit " Ecrire, c'est hurler sans bruit ", je ressens exactement la même chose en photographiant, ainsi qu'un besoin viscéral de le partager. Ce travail m'a beaucoup aidé à canaliser et panser mon traumatisme.

______

I lost my Dad in April 2017. It was such an emotional shock... Some months before and after his passage in an "elsewhere", specific places attracted me. My hypersensitivity predisposes me to sea the world more with my senses than with my mind (even if I think...sometimes ;-) ), which has led me to shoot through my emotions. This photographic work is in a way the revelation of all these emotions.

Technically I wanted to keep the vignetting on certain photos and to emphasize the black tones to translate the oppressive and tormented atmosphere that weighed on me at that moment. No stative either because I did not want something thoughtful but rather immediate. Water in different states is the common thread.

Marguerite Duras said “ Ecrire, c'est hurler sans bruit ” ("Writing is screaming noiselessly"), I feel exactly the same by shooting, as well as a visceral need to share it. This work helps me to channel and heal my trauma.